b7791c0e22P1010052Au musée du quai Branly l'exposition « Chemins de couleurs » présente des étoffes teintes en deux temps : la constitution de « réserves », puis la teinture elle-même. Elle ne traite pas l’ikat ou le batik, que l'on trouvera ailleurs dans le musée.  Les pièces exposées sont / furent presque toutes à usage vestimentaire. 


 



P1010068P1010070
P1010072 P1010071




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le Japon je cite: « Depuis les premiers siècles de notre ère se sont développées au Japon de nombreuses variétés de procédés de teinture à réserve, connues depuis la période Edo (1603-1868) sous le nom général de shibori 絞り, dont les qualificatifs précisent le style.  À la suite des lois somptuaires du shôgunat, les décors les plus fins sur soie furent réservés à certaines classes sociales;  aussi la teinture en indigo s'est-elle développée, pour les tissus populaires, sur des fibres végétales:  chanvre, ramie puis coton.  Les artisans de Kyôto étaient particulièrement renommés pour la finesse de leur travail sur soie, aussi bien dans la réalisation des réserves que dans la délicatesse des coloris, dont la tradition se prolonge aujourd'hui. À partir du 17ème siècle un autre centre s'est développé à Arimatsu et ses alentours pour satisfaire la demande des voyageurs sur la route du Tôkaidô.  Travaillant surtout sur coton, les artisans ont inventé de nombreuses techniques innovantes.  Encore très importante au début du 20ème siècle, la production est aujourd'hui en déclin.  À partir du milieu du 20ème siècle, pour réduire les coûts de production des ligatures les plus fines, les kanoko shibori 鹿子絞り, les teinturiers ont fait travailler des artisans en Corée, puis des artisans des minorités du sud de la Chine. »
Mais il faut bien dire qu'hormis l'explication ci-dessus, cette exposition quoique bien intentionnée n'a presque rien en matière de shiborizome 絞り染め japonais...  Voici le lien d'une vidéo qui comble partiellement cette lacune (ci-dessous).  Une artisane y dit du kanoko shibori qu' « on ne peut guère faire que 100 points par heure », ce qui représente une vitesse folle et un total de carrière de plusieurs millions de points...
http://video.aol.com/video-detail/-shibori-dyeing-part-2-techniques/2647668620

P1010075P1010077

P1010084 P1010086

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

...